Voyager et être éco-responsable

« Éco-responsable », une expression que l’on retrouve fréquemment ces derniers temps sur les réseaux sociaux et qui anime de nombreuses discussions sur la toile. Un terme qui veut à la fois tout et rien dire et qui remets le tourisme en cause. Alors si pour certains le concept est clair et limpide, pour d’autres c’est le néant total. Surtout quand celui-ci se rattache au voyage. C’est pourquoi aujourd’hui, je décide de lever le voile en vous partageant ma vision sur les différentes façons de voyager tout en étant éco-responsable.

Voyager : mon expérience

J’ai à mon actif 10 ans de voyage solitaire en backpack. Dix belles années à parcourir le monde, à partir à la rencontre de pays, de cultures, de traditions, de populations, et surtout, de voyageurs en tout genre. Ces rencontres et ces voyages m’ont ouvert les yeux sur un monde que je ne connaissais pas. Un monde extraordinaire de partage, de communication, et de solidarité. Pour connaître et vivre ces merveilleuses expériences, j’ai pris la décision de voyager au plus près des cultures locales de chaque pays afin de m’immerger complètement pour comprendre la notion d’existence et de respect environnemental. Il m’aura fallu quelques années pour arriver à ce statut de voyageur conscient et responsable. Mon parcours n’aura pas toujours été rose. Néanmoins j’ai appris de mes erreurs et suis devenue une personne ouverte et réaliste du monde dans lequel elle avance.

retraite de yoga en Inde

Le voyageur en devenir

Avant d’en arriver à ce mode de voyage là, j’ai dû passer par quatre différentes étapes que chaque aventurier fait face au cours de sa vie :

  • L’appréhension
  • Le commencement
  • Les erreurs
  • L’épanouissement

La première étape regroupe les craintes, les peurs, et l’appréhension de l’inconnu. C’est lorsque l’on souhaite sortir de sa zone de confort mais en n’ayant aucune expérience. On se pose plusieurs questions qui nous permettent de nous organiser au maximum, comme :

  • quel budget prévoir
  • quelle destination choisir
  • où dormir
  • quelles sont les choses les plus belles et populaires à visiter / voir
  • comment se déplacer une fois sur place
  • quoi manger

Plusieurs interrogations qui nous rassurent et nous donnent le sentiment, une fois complétées, que nous sommes prêts et que rien ne peut nous arriver.

La deuxième étape nous emmène dans les débuts du voyageur. C’est l’adrénaline des débuts, l’insouciance des premiers pas. C’est l’aventure qui commence et chaque peur que l’on avait soudainement disparaît. On se lance tête baissée dans la découverte d’un nouveau pays. C’est excitant, palpitant! Et puis vient la troisième étape, celle des erreurs. Parfois, on s’en rend compte, d’autres fois non. On se fait avoir par des arnaqueurs, on se fait voler de l’argent sur des deals que l’on croyait fiables, on donne notre confiance pour ensuite se faire trahir, on décide de pratiquer des attractions touristiques qui à nos yeux nous semblent géniales mais qui en réalité ont un énorme impact sur la société du pays.

Et puis se suit la dernière étape, celle de l’épanouissement. L’adrénaline revient et nos erreurs nous ont appris à nous relever. On se prend pour Indiana Jones. On a peur de rien et on pense alors pouvoir tout vivre, tout voir! Le voyageur est né et il est maintenant près à conquérir le monde.

L’ascension vers le statut d’un voyageur éco-responsable

Dans les deux dernières étapes du voyageur, il existe deux scénarios différents qui nous amène à devenir ou non un voyageur éco-responsable. Dans le premier cas, il fait les erreurs basiques que nous faisons tous, il s’arrête aux bases, se relève, et repart sur les routes en se pensant le maitre du monde ainsi que grand connaisseur universel. Et puis dans le deuxième cas, il y a celui qui fait des erreurs, se questionne, remet en doute sa façon de voyager, s’interroge sur l’impact de ses différents séjours, et se mets alors à voir différemment le concept du tourisme et du voyage. Et c’est exactement de ce voyageur là dont je veux vous parler.

Chaque personne a un impact positif ou négatif sur les pays qu’elle visite, cela passe par ses choix concernant la nourriture, les attractions qu’elle décide de faire, les endroits qu’elle souhaite visiter, et les hébergements qu’elle choisit. Mais là vous vous demandez, en quoi chacune de ces étapes auraient un quelconque impact. Laissez-moi vous expliquer comment un petit geste peut tout changer et vous amener à devenir éco-responsable.

La nourriture :

Si vous décidez de manger dans les grands restaurants, les chaines de fast food, vous n’encouragez pas les entreprises locales. Tandis que si vous décidez d’allez pratiquer le street food où bien de tester les cafés ou restaurants locaux, alors là vous aurez un impact économique sur les petites entreprises qui tentent de faire face aux gros noms du pays. De plus, cela vous permettra de rencontrer les habitants et de tester leurs traditions culinaires. Vous pourrez vivre l’expérience culturelle à son maximum.

Les attractions :

On ne va pas se mentir, les attractions touristiques il y en a des tonnes et ce peu importe où vous allez. Mais comment différencier le bien et le mal parmi tous ces attrapes touristes. Par exemple, dans certains pays il est de coutume d’utiliser les animaux comme attraction et si à première vue ça à l’air ultra mignon, sachez que ça ne l’est pas. Ces animaux sont maltraités, anéantis, condamnés à souffrir toute leur vie pour assouvir votre propre plaisir. Donc plutôt que d’encourager un tour d’éléphant et de chameaux, une visite dans un célèbre aquarium, ou encore des photos avec des singes, des tigres, des crocodiles, prenez le temps d’aller visiter des refuges, de faire du bénévolat pour procurer de l’amour à ces animaux rescapés. Bien évidemment, il existe des arnaques qui vous feront croire en des refuges qui en vérité ne le sont pas. C’est là que vos recherches, et votre bon sens rentre en ligne de compte. Tout comme les autres types d’attractions. Prenez le temps de faire vos recherches sur des forums, discutez-en avec d’autres voyageurs.

Continuez d’encourager les petites entreprises locales pour pratiquer des activités. Faites affaires avec des guides qui ont a coeur leur pays et qui vous montreront les vraies richesses de leur culture.

Refuge animal aid, Inde

Les endroits à visiter

Sur ce point là, je ne vous dirais pas de ne pas visiter tel ou tel endroit. Je vous dirais seulement de garder à l’esprit le respect de ces lieux naturels ou historiques. Au cours des dernières années, le tourisme de masse a certes développé l’économie des pays mais également la pollution. Trainez toujours un petit sac poubelle avec vous pour jeter vos déchets ce n’est pas tous les pays qui ont la conscience du recyclage c’est donc à nous de ne pas prendre leur exemple et de faire en sorte de ne pas plus polluer les endroits où nous allons. De plus, si vous partez en randonnée, ce n’est pas tous les randonneurs qui malheureusement ont la conscience de la protection de l’environnement. En ayant un sac poubelle avec vous, vous aurez l’initiative de pouvoir ramasser les différents déchets que vous croiserez sur votre chemin afin de préserver nos beaux paysages.

Si vous voyagez dans des pays avec des restrictions vestimentaires dû à la religion ou aux traditions, prenez le temps en arrivant d’aller vous magasiner une tenue qui reflet et respect le pays dans lequel vous vous trouvez.  Cela vous permettra de visiter certains lieux dans les bonnes conditions et dans le respect total.

Avec mon Guide dans la vallée du Langtang, Népal

Les hébergements :

Tout comme la nourriture, privilégiez les hébergements locaux pour favoriser l’économie des petits villages et refusez de dormir dans les grandes chaines hôtelières. Cela vous apportera une expérience culturelle beaucoup plus proche du pays.

Le transport :

Beaucoup d’entre vous me diront que prendre l’avion a un énorme impact écologique dû au gaz qu’il consomme. C’est vrai, mais il reste néanmoins le meilleur moyen de rallier rapidement les pays. Cependant, il existe plusieurs alternatives pour réduire cet impact en utilisant d’autres moyens de transports, comme la voiture, le bus, les bateaux, le vélo, la marche, etc. On ne se mentira pas qu’on remplacera un transport polluant par un autre et ce combat est propre à chacun. C’est pourquoi, j’ai décidé d’avoir un mode de vie au quotidien éco-responsable. Je fais ma part à chaque jour pour réduire le plus possible mon emprunte écologique. Et de ce mode de vie, je me permets 3 fois par ans de prendre l’avion. C’est mon exception à moi. Mais encore c’est une décision personnelle qui vous appartient.

Les différentes façons de voyager en étant éco-responsable

Vous dire de voyager tout en étant éco-responsable est une chose mais la manière en est une autre. Si vous prenez conscience qu’il faut prendre soin de chaque pays que vous visitez, alors vous avez toutes les clés en mains.

En solo

Le meilleur moyen selon moi est de voyager seul afin de s’intégrer au maximum à la culture locale. C’est en étant seul que l’on aura la motivation de se rapprocher des autres et donc de comprendre les différentes réalités du pays dans lequel on se trouve. Vous aurez l’occasion de vous questionner sur les réels enjeux sans avoir une tierce personne pour vous influencer.

En agence

Bien évidemment, ce n’est pas tout le monde qui aime voyager seul ou à deux. Ce n’est pas tout le monde non plus qui aura le réflex de savoir comment dissocier ou non un voyage éco-responsable. C’est pourquoi, je vous conseille alors de vous diriger vers des agences de voyage qui ont ses valeurs et qui organisent des séjours dans le respect total des pays et population. Vous pourrez être alors immergé et découvrir une autre façon d’explorer le monde tout en ayant à cœur le bien être de tous. L’une des agences que j’ai énormément à cœur et qui vous amènera dans ce type d’aventure est Terre Voyages. Je vous invite à aller découvrir leur site internet et à naviguer dans leurs différentes formules pour trouver ce qui se rapproche le plus de vos attentes. Vous aurez la chance d’avoir un accompagnement complet pour un séjours qui correspondra aux meilleures valeurs environnementales.

J’espère que mon approche vous aurez permis d’ouvrir un nouveau regarde sur le voyage et vous guidera dans vos prochaines organisations de globetrotteurs!

Et vous, qu’est-ce que cela représente de voyager et d’être éco-responsable ?

Pin mon article « VOYAGER ET ÊTRE ÉCO-RESPONSABLE » sur Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *