Karma is a B****

Est-ce que cela vous ait déjà arrivé d’organiser un voyage, de partir vivre ce voyage, et de revenir en vous disant que vous aviez clairement un mauvais karma collé aux fesses du début à la fin, mais sans savoir pourquoi? Et bien, c’est ce qui m’est arrivé dernièrement. Une sacrée mauvaise chance que j’ai finalement réussit à expliquer en me disant tout simplement : « sometime karma is a B*** ».

Avant de vous expliquer ma mauvaise aventure, asseyez-vous confortablement, prenez un verre de vin et préparez-vous à une bonne dose de lecture et d’humour.

Oh My God Omg GIF - Find & Share on GIPHY

Préface

Novembre 2016, je prends l’immense décision de partir vivre l’un de mes plus grands rêves de voyage en décidant de parcourir 7 pays d’Asie en backpack pour une durée de 6 mois. Autant dire le voyage de toute une vie. Une décision qui sur le coup me paraissait extraordinaire et vraiment excitante. Moi qui enviais tous ces voyageurs de partir aussi longtemps parcourir le monde, mon tour allait ENFIN arriver.

De janvier à août 2017, j’ai travaillé comme une folle pour réunir un maximum d’argent pour réaliser ce rêve. Délaissant ainsi ma vie sociale (mais juste un peu) et mes amours (un peu trop). Durant toute la période d’hiver, tout se passait bien. Malgré la fatigue, la motivation était présente et je ne faisais que compter les mois qui me séparaient de mon départ. Et puis l’été arriva, c’est là que l’univers décida d’entrer en jeu.

L’histoire d’un visa et d’une assurance

Pour ceux qui ne me connaissaient pas, je suis une Française expatriée au Québec depuis 6 ans et qui a, malheureusement, beaucoup trop retardé ses démarches de résidence permanente (RP). Ce qu’il faut savoir, c’est que je détenais un visa de travail qui expirait le 8 octobre 2017. J’ai présenté ma demande de RP en novembre 2016 et cela prend approximativement 1 an et demi pour l’obtenir. Donc à dater du 8 octobre, je n’avais plus de visa canadien, et donc, je n’étais plus autorisée à rester sur le territoire.

Qui dit plus de visa, dit bien évidemment plus d’assurance maladie. Et qui dit Française expatriée, dit plus assurée en France. Logique. Cependant, la plupart des assurances voyage demandent que vous soyez assuré par un régime santé, chose que je n’étais plus. J’ai donc mis plus d’un mois à essayer de trouver LA perle rare qui accepterait de me couvrir pour mon voyage en Asie. La recherche fut vraiment ardue et parsemée d’embuches, mais ACS illumina finalement ma vie et un problème fut réglé.

Praise The Lord Applause GIF - Find & Share on GIPHY

La randonnée de trop

L’une de mes activités préférées l’été est d’aller faire des randonnées aux alentours de Montréal. Je recherche toujours le trek qui m’emmènera en haut d’une montagne afin d’observer une vue panoramique incroyable. En faisant quelques recherches, je suis tombée sur une randonnée qui avait énormément attiré ma curiosité et qui me poussait à aller voir de mes propres yeux cette vue imprenable située dans les Adirondacks aux États-Unis. C’est donc avec mon sac à dos et mon passeport en main qu’une amie et moi-même sommes parties faire l’ascension du Indian Head. Toutes les conditions étaient à notre avantage, température parfaite et un soleil radieux. Cependant, après 2h30 de marche une fois que nous sommes arrivées au sommet un énorme nuage décida de faire son apparition et nous déversa sa pluie torrentielle. Nous avions à peine eu le temps de monter qu’il nous a fallu redescendre à toute vitesse. Arrivée à la voiture, mon passeport était imbibé d’eau et n’était plus valide. Dans ma malchance, j’ai tout de même pu repasser les douanes avec un grand sourire et un « désolée monsieur », mais de retour à Montréal il ne me restait qu’un mois pour refaire mon passeport avant de m’envoler pour l’Inde.

J’ai reçu mon nouveau passeport 7 jours avant de partir…

Broad City GIF - Find & Share on GIPHY

 

Une famille pour mes bébés

Dans mon quotidien, j’ai deux adorables chats qui m’accompagnent et que je considère comme mes bébés. Même si je suis amenée à voyager beaucoup, je trouve toujours une bonne amie pour me les garder et s’en occuper. Mais cette fois-ci, deux chats pour 6 mois ce fut beaucoup demander. Après des semaines et des semaines d’annonces et de recherches, j’avais enfin trouvé quelqu’un. Soulagée d’avoir trouvé une famille où ils allaient être heureux, mon amie dut finalement annuler son engagement pour grossesse. Un heureux évènement dont j’étais ultra excitée pour elle, mais qui me faisait repartir de zéro. J’ai passé en tout 3 mois à tenter de trouver quelqu’un et puis finalement, la personne qui sous-louait mon appartement durant mon absence accepta gentiment d’en prendre soin.

Un troisième problème de réglé.

Cool Cat GIF - Find & Share on GIPHY

Le début d’une aventure extraordinaire

Et puis le grand jour arriva! Après toutes ces péripéties que j’avais vécues durant l’été, j’étais enfin prête à partir. Dans ma tête tout allait fonctionner, et mes anciens petits tracas n’étaient que du passé. Pour un temps, j’ai vraiment cru que mon bon karma était de retour. Mon mois en Inde fut extraordinaire et ce voyage était absolument génial. Tout faisait en sorte que je passe un bon début de séjour avec mes rencontres, mes visites, mes expériences culturelles, la nourriture, bref tout était parfait. Ma vie se déroulait à merveille. Mes envies de parcourir le monde grandissaient. Tel Indiana Jones je partais à la conquête des temples et palaces indiens, le rêve total.

Indiana Jones GIF - Find & Share on GIPHY

The Karma strikes back

Après un mois passé en Inde, ma prochaine destination était le Népal. Ce merveilleux pays m’avait toujours attiré avec ses nombreux paysages montagneux et surtout son mont Everest. Bien que je n’étais pas apte à faire l’ascension du camp de base de l’Everest, j’y allais tout de même pour faire un trek moins difficile, mais tout aussi challengeant avec celui de la vallée du Langtang. Une randonnée pour laquelle je m’étais préparée physiquement tout l’été. Malheureusement à peine arrivée sur le sol népalais, la nature décida de me donner la tourista. Welcome to Nepal. Autant vous dire que je n’ai pas démarré mon ascension dans de superbes conditions physiques.

India Hello GIF - Find & Share on GIPHY

Le Mal des montages

Malgré toute ma préparation post-voyage, une fois arrivée au dernier stop de mon aventure dans la vallée du Langtang, je fus frappée impitoyablement par un mal de l’altitude. Vomissement, perte d’équilibre, trouble de la vue et surtout un rythme élevé de battement du cœur. Avec tous ces symptômes, je dus prendre la décision de redescendre le plus rapidement possible afin d’assurer ma sécurité. Le choc fut lourd et mon moral commença à en prendre un coup. Deux jours au lit à ne pouvoir rien faire. Pour une personne qui n’aime pas renoncer, faire demi-tour me perça le cœur.

Crise de colique néphrétique

Une fois mes forces recouvrées, je pus voyager de nouveau, mais la tourista quant à elle ne me lâchait pas. Sans m’en rendre compte, mon corps se déshydratait dû à la chaleur et au manque de nutrition. Je perdais petit à petit du poids et de l’énergie. C’est ainsi qu’un soir perdu dans des montagnes népalaises à des kilomètres de toute grande civilisation, aux alentours de 3h du matin, j’ai eu une crise de colique néphrétique. Sur le moment, on ne réalise pas ce qui nous arrive. Il nous ait impossible de parler ou de faire quoi que ce soit tellement la douleur nous transperce.

Après être tombée de mon lit et avoir perdu connaissance durant quelques secondes, j’ai pu ramper au sol, ouvrir la porte de ma petite chambre et finir par hurler de toutes mes forces : « I need help! Please somebody! ». Un américain sorti de nulle part ouvrit une porte et s’écria « what the fuck » pour m’enjamber et aller chercher la propriétaire de l’établissement dans lequel je logeais. Quelques minutes auront suffi pour me soulever, me mettre dans un taxi et m’emmener dans la minuscule clinique du village afin que je vois un médecin. Médecin qui ne pouvait rien faire bien évidemment et qui m’injecta deux doses de morphine avec une aiguille non stérile pour que je puisse tenir les 3h de route en jeep pour rejoindre l’hôpital le plus proche.

Wide Eyes What GIF - Find & Share on GIPHY

J’aurais passé au total 6 jours dans un hôpital népalais où on m’aura donné toutes sortes de médicaments, où j’aurais été transférée par avion dans un autre hôpital, et/où j’aurais passé mon temps à me battre à distance avec mon assurance voyage. Au final, j’ai pu éliminer ma pierre naturellement, mais dans de grandes souffrances et j’ai dû me faire rapatrier, car il me restait deux autres pierres dans mon rein gauche.

Le retour à la réalité.

Mon rapatriement fut long et éprouvant. Du jour au lendemain, je passais d’un pays pauvre à un pays riche qui se focalisait sur une société de consommation. La veille je voyais des gens mourir de faim dans la rue et le jour suivant j’observais les personnes jeter l’argent sans compter. Même si mon corps se trouvait en France, mon esprit et mon cœur étaient quant à eux restés au Népal. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait et toutes ces images de ce que j’avais vécu là-bas ne s’en allaient pas.

Pendant, un mois j’ai passé examen sur examen. On m’aura prélevé je ne sais combien de sang. Chaque jour était un supplice. Bien que j’étais heureuse de voir ma famille et mes amies, je n’arrivais pas à apprécier ma présence dans mon pays natal. Au fur et à mesure que les jours passaient, j’apprenais des docteurs que je ne pouvais pas repartir en Asie. Mon assurance voyage s’était automatiquement annulée de par mon rapatriement et personne ne souhaitait m’assurer pour mes reins. Ce fut la douche froide. Ce rêve que j’attendais de vivre depuis si longtemps s’écroulait devant mes yeux. Les paroles de mes proches me disant : « L’Asie sera toujours là », « Si ce n’est pas maintenant, ce sera plus tard », « tu es forte, tu vas vite t’en remettre », tous ces conseils ne faisaient que m’abattre et me tuer à petit feu. Petit à petit, je me renfermais et m’enlisait dans une dépression profonde que personne ne comprenait. En plus de vivre cette déception, j’essayai tant bien que mal de me remettre d’une rupture amoureuse. Rien n’allait et tout m’insupportait. Je devenais insociable et insupportable.

Lilo And Stitch Ugh GIF - Find & Share on GIPHY

Afin d’essayer de fuir toute cette oppression, j’ai voulu repartir sur les routes et me dire : « Je ne peux pas retourner en Asie. OK fine! J’irais en Europe ». Mais l’Europe m’engouffra encore plus dans ma dépression. Rien ne me satisfaisait. Je ne pensais qu’à une chose : rentrer chez moi. J’ai donc fini par me prendre un billet d’avion et rentrer à Montréal. Mais comme si ce n’était pas suffisant 5 jours avant mon retour, ma carte de crédit s’était fait clonée en Inde et je venais de me faire voler 700$ sur mon compte. Une dernière mésaventure histoire de bien clôturer le tout.

La boucle est bouclée

Pour conclure à toute cette histoire. Je ne sais pas si c’est l’univers, la vie, ou le karma, mais il y a une chose de sûr c’est que ce n’était pas l’année où je devais réaliser ce rêve. Essayer d’y voir un signe ou une raison,  honnêtement je n’y crois pas. Ce dont je suis certaine néanmoins, c’est que je retournerai en Asie finir ce que j’ai commencé et remettre mon karma sur le droit chemin. #nevergiveup

Titus Andromedon Emmy Nominations 2017 GIF by Unbreakable Kimmy Schmidt - Find & Share on GIPHY

Et vous, avez-vous déjà eu un mauvais Karma pour l’un de vos voyages?

 

 

 

 

13 réflexions sur “Karma is a B****

  1. Quel beau témoignage à cœur ouvert !
    Je comprends ta déception: tant d’espoir, d’attente, de préparation, de sacrifice personnel pour rentrer si vite…. je pense que j’aurai été dans le même état que toi.
    Ce n’est que partie remise, tu es encore jeune, sans enfant avec la vie devant toi.
    Prends soin de toi pour mieux repartir !

  2. Quelles galères et que je te comprends ! (J’espère que maintenant tu vas mieux !)
    Pour mon histoire de karma, j’ai aussi tout quitté pour partir en Australie, j’espérait vivre la bas, mais comme toi, il ne m’est arrivé que des misères !! Je ne vais pas tout raconter ici, mais si ça t’intéresse tu peux les lire sur mon blog, avec tout un tas de photos que j’ai prises malgré un quotidien pas facile !

    Je n’abandonne pas non plus, et espère que tu pourras finir ton joli voyage !

      1. (Normalement j’ai mit mon adresse dans le champs concerné, si tu ne la voit pas fais signe et je la mettrai directement ds un commentaire)
        Non du coup je suis rentrée complètement fauchée ! On a vraiment eu la poisse jusqu’au bout (tu verras !!) LoL, tu n’est pas seuleee !! ^^
        Mieux oui, mais je me suis jamais remise de cet échec c’était mon plus grand rêve :/ Donc je compte y retourner d’ici 2ans pour finir le tour du pays vu que j’ai pu faire que le quart ! Il n’y a rien de pire que l’échec, et la sensation d’inachevé ! Je croise les doigts pour toi du coup !!

  3. Bah dis donc, effectivement ce n’est pas drôle d’avoir vécu tout ça en continue. Heureusement dans tout ça, dans ton malheur, tu t’en es sortie indemne et c’est déjà bien, mais je peux imaginer que tout ça pèse énormément avec l’accumulation ! :-/
    J’espère que tout ça va vite être derrière toi et que tu vas pouvoir retenter l’Asie rapidement.

    1. Oui à y regarder de près ce n’est pas si grave que cela mais ça me prendra du temps pour m’en remettre psychologiquement. C’est pour ça que pour 2018, je ne retourne pas en Asie. Histoire de prendre le temps de digérer tout ça.

  4. Oh je suis vraiment désolée pour toi, c’est vraiment un sacré paquet de mésaventures qui te sont arrivées ! Je trouve ça beau que tu retrouves espoir à la fin de ton texte. Je n’ai jamais eu de gros soucis comme toi en voyage, mais finalement tout ce qui compte, c’est que tu sois en bonne santé désormais. Enfin, je l’espere bien pour toi !

    1. Oui je suis en bonne santé, je te rassure! Je prends 2018 pour me remettre et faire d’autres voyages que l’Asie pour repartir de plus belle en 2019 😉

  5. Dans une certaine mesure, on est tous d’accord pour dire que ce qui fait les galères d’un voyage en font aussi le charme et les bons souvenirs … Chacun est libre de placer son curseur de tolérance où il le souhaite mais dans ce genre de cas, difficile d’y voir quelque chose de positif à court et moyen terme ! Ce que tu as vécu a dû être très impressionnant et très éprouvant. Félicitations pour le courage que tu as eu, celui qui t’a permis de réaliser ton rêve et celui qui te permet de te remettre de cet « échec » donc tu ressortiras encore plus forte ! Un grand bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *