hostel-185156_1280

Auberges de jeunesse : le meilleur du pire

Ah les auberges de jeunesse. Le recours cheap du globetrotteur où on a tous au moins une fois passé une nuit dans les fameux dortoirs mix. Une expérience inoubliable et surtout inévitable. Si pour certains, ces endroits représentent de bons souvenirs de rencontres et moments passés avec des gens du monde entier, pour d’autres ce fut de vrais cauchemars à un moment de leur vie de voyageur. Voici donc quelques anecdotes de blogueurs qui vous feront certainement sourire!

Jérôme, Traversée d’un Monde 

J’étais si jeune, je débutais le voyage. J’avais tout de même 23 ans, mais c’était mon premier voyage en sac à dos et je partais avec un ami afin de relier Helsinki à la Crète en 40 jours. Durant ce périple, Riga était l’une des étapes.

À l’époque, j’étais encore un peu apeuré et ne me voyait pas voyager en solo. Nous avions choisi une auberge par internet, et arrivée sur place, le quartier nous semblait lugubre avec des personnes pas très fréquentables, cela commençait bien.

Mon ami était resté dans la chambre, quant à moi, j’étais parti dans un couloir étroit et sombre afin de capter un peu de WiFi. Au bout de ce couloir se trouvait une vingtaine de Russes complètement imbibés de vodka et ça empestait la clope. J’étais couché sur un sofa, téléphone en main. À cette période de la vie d’un jeune voyageur, ton esprit vagabonde encore plus et tu imagines un peu de tout.

Soudainement, dans ce long couloir digne du film Shinning, je vois au loin une silhouette avançant vers moi. Approchant, je commence à distinguer un homme torse nu, et au ventre proéminent, il approchait en me fixant. Il avait l’air un peu malsain, mais le détail qui a tout fait, c’était sa pastèque dans les mains qu’il était en train de manger. Pendant qu’il mangeait toujours en me fixant, j’ai pris une photo discrètement avant de me faire tuer et je l’ai envoyée à des amis « C’est peut-être ma dernière photo ! » sur le ton de l’humour.

Finalement ni viol ni meurtre ! Il a continué son chemin et je suis retourné dans la chambre. Je peux bien dire que j’étais content de ne pas partager un dortoir avec les Russes. Sur le moment, tu n’es pas rassuré, mais tu finis par en rigoler… un peu plus tard !

Auberge Riga avec un Russe - Traversée d'un monde

Alexis, Le Petit Explorateur 

Je suis parti à Varsovie avec des étoiles plein les yeux, j’en suis reparti avec des boutons plein le corps. En deux nuits, je me suis littéralement fait bouffer par des punaises de lit. Dès que je faisais un pas, mon sac, mon t-shirt et mon pantalon frottaient les piqûres et ravivaient la sensation insupportable. Je m’arrêtais tous les cinq mètres pour me gratter. J’avais envie de pleurer… et de crier.

Arrivé à Olsztyn, ma deuxième étape, j’ai filé direct à l’hôtel pour me foutre sous l’eau froide, histoire de calmer les démangeaisons. Je n’ai fait limite que ça de la journée, je n’ai pas vraiment visité Olsztyn. Le soir, je me serais arraché la peau, j’avais l’impression de devenir complètement dingue tellement ça me grattait de partout. Je crois que ça me tapait sérieusement sur le système.

J’ai annulé la fin mon voyage, car je ne pouvais pas supporter ça le reste du périple. En rentrant, j’ai jeté mon sac à dos, mes baskets, mes sous-vêtements, mon pantalon et ai baigné quelques vêtements dans de l’eau bouillante. J’avais presque deux cents piqûres réparties sur les bras, les cuisses, le bas du dos et un peu le visage. Une horreur !

varsovie-7

Jennifer, Moi Mes Souliers 

J’ai vécu des tonnes d’aventures dans les auberges de jeunesse; certaines qui m’ont fait rire, d’autres rires jaunes, mais celle que je m’apprête à vous raconter est restée dans les annales même si elle s’est passée il y a quinze ans!

Alors que je parcourais l’Allemagne et les grandes capitales environnantes en 2003, je dormais tranquillement dans un dortoir d’une demi-douzaine de lits. Tout à coup, je sens une présence et je me réveille d’un bond. Et pour cause! Un homme s’était glissé derrière moi dans mon lit et m’avait collé dans mon dos.

Disons qu’il avait un peu trop bu la veille et s’était trompé de lit. Ça paraissait qu’il n’avait pas de mauvaises intentions, car il était profondément assoupi et ne faisait rien de déplacé, mais je l’ai réveillé et chassé promptement. Il ne s’en souvenait plus au petit matin. Disons qu’il avait très honte quand je lui ai raconté ses aventures nocturnes et il s’est excusé à plus de cinquante reprises! Tout le dortoir en a ri pendant plusieurs jours!

IMG_0538-2

Caroline, Fais Ta Valise

Lors d’un précédent séjour à La Nouvelle-Orléans, j’ai été amenée à voyager seule et par souci d’économie, ai privilégié un hébergement en auberge de jeunesse. Au moment de la réservation je choisis le dortoir quatre lits pour femmes en espérant y être au calme pour mes cinq nuits à venir.

À mon arrivée, je fais la rencontre de deux Malaysiennes avec qui je sympathise immédiatement. Au petit matin, vers 5h00, je suis réveillée en plein sommeil par l’appel de la prière. Où suis-je ? Je n’ai pas le souvenir d’avoir pris un avion pour le Moyen-Orient !

Complètement déboussolée, j’ouvre les yeux, lève la tête et vois ma voisine de lit enfiler son habit traditionnel, installer son tapis de prière au beau milieu de la pièce et commencer à prier en toute tranquillité. Après avoir fini son rituel, elle retourne se coucher comme si de rien n’était. La situation s’est, sans surprise, répétée jusqu’au jour de son départ. Chaque matin, l’appel de la prière lui servait donc de réveil sur son téléphone. C’était une grande première pour moi d’assister à une prière musulmane depuis mon lit ! Cette expérience dont je me souviendrai longtemps m’a permis de comprendre que peu importe l’endroit où elles se trouvent, les personnes croyantes et pratiquantes trouveront toujours un moment pour prendre le temps de prier et se rapprocher de leur dieu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aurore, On My Tree

Février 2013, j’arrive à Berlin avec 30 personnes de mon école de commerce dans le cadre de la Berlinale. Nous sommes en plein hiver et il neige dans la capitale allemande. Nous avons réservé plusieurs dortoirs dans une auberge de jeunesse. Faisant partie de l’organisation du séjour, je me retrouve dans le seul dortoir partagé avec des inconnus et trois amis.

À notre arrivée, un père et son fils ainsi qu’une femme seule dans la quarantaine sont déjà présents. A priori, rien d’inquiétant. Mais on a commencé à observer rapidement des comportements étranges de la femme. Elle parlait souvent toute seule notamment. Elle ne semblait pas être là pour un court séjour : elle avait beaucoup d’affaires dans de grands sacs types Ikea, dont une radio. Nous ne nous sommes pas pour autant inquiétés le premier jour. En revanche, le lendemain elle semble bizarrement irritée par notre présence. On ne parle pas bien allemand, mais on l’entendait dire régulièrement Französisch (français en allemand) de manière agacée.

À un moment, je suis tranquillement sur mon lit, mes affaires sur le sol. Soudain, elle s’approche de moi avec un regard menaçant. Elle touche mes sous-vêtements, me les montre, les repose sans dire un mot, mais toujours avec un regard très énervé. Puis, elle revient vers son lit et là un de mes amis la voit avec un cutter dans la main, tenue de manière menaçante ! Il nous le dit, on file discrètement prévenir l’accueil. L’auberge est complète, ils ne peuvent pas nous changer de chambre. Nous décidons du coup de déménager nos affaires dans les autres dortoirs occupés par notre groupe. Il ne nous reste qu’une nuit qui sera courte grâce à la vie nocturne très animée de Berlin. Apparemment, la femme était sans domicile, l’auberge lui avait gracieusement offert la nuit.

856961_10200605791565213_12192_o

Iclo, #LaVieCestMieux

Fin des années 2000. J’habite à Montréal. Mon pote, qui vient de terminer ses études à Québec, a décidé de tenter sa chance à Hollywood. Le vol pour Los Angeles qu’il a réservé partira de New York dans quelques jours. On décide de se retrouver à Manhattan pour passer du temps ensemble. On m’a recommandé une auberge de jeunesse bon marché plutôt bien située dans le quartier de Chelsea. Je book deux lits.

Dans notre chambre, deux lits superposés. À l’étage supérieur de celui qui nous fait face, un mec cool. À l’étage supérieur de celui dans lequel je vais dormir, un mec louche. On remarque que le mec louche a posé la dernière console à la mode près du lit (à noter que ni mon pote, fan de cinéma, ni moi, fan de sport, ne sommes adeptes des jeux vidéos). Le mec louche quitte la chambre. Mon pote entame la discussion avec le mec cool et le questionne sur la console de jeux. Le mec cool nous apprend qu’il s’agit en fait du récepteur du mec louche placé sous surveillance électronique.
On sort pour masquer notre niveau de stress qui vient d’augmenter drastiquement. En rentrant nous coucher, le mec louche dort paisiblement… juste au-dessus de moi.

À cet instant précis, la méditation et les pensées positives font leur entrées dans ma vie.

Sharone, Povécham

Au cours de nos voyages, nous avons dormi dans toute sorte d’établissements et d’auberges de jeunesse de par le monde. C’est souvent une bonne expérience, mais pas tout le temps !

Nous avons décidé de visiter Ottawa pour un week-end depuis Montréal à la dernière minute, et nous avons donc réservé dans la première auberge de jeunesse disponible. L’établissement est bien placé tout proche du centre ville, mais en arrivant, nous déchantons rapidement. La chambre double que l’on nous propose se trouve en sous sol, avec aucune fenêtre, des murs et le sol en béton. L’odeur de cave y est insistante, les couvertures sentent le moisi, et je ne parle même pas de la salle de bain commune, dans un état lamentable…

Nous n’avions qu’une envie, nous enfuir de cette chambre glauque, mais aucun autre établissement n’est disponible, nous décidons donc de prendre notre mal en patience et de faire un effort pour les 2 nuits que nous devons passer ici. La nuit, nous sommes réveillés brusquement par d’autres voyageurs de l’auberge complètement bourrés tentant d’entrer dans notre chambre à plusieurs reprises. Un vrai cauchemar ! Heureusement, la ville nous a offert de magnifiques balades et ce week-end à Ottawa a tout de même été un bon moment.

IMG_0611

Clouzote

Après toutes ces merveilleuses anecdotes, je ne pouvais pas vous laisser sans vous raconter ma propre histoire!

Japon février 2015. Lors de mon voyage au pays du soleil levant, j’ai eu l’occasion de rester dans une auberge de jeunesse qui se trouvait à Kyoto. Ce fut de loin la pire expérience que j’ai pu vivre en auberge. J’étais dans un dortoir mix de 12 lits. Mon voisin du bas, un jeune homme français dans la vingtaine, avait décidé de voyager au Japon pour faire le gros PARTY sans profiter de la culture du pays. Selon lui, on voyage pour faire la fiesta. Bref. Le premier soir de mon arrivée, mon voisin de lit décide donc de sortir avec la plupart des mecs du dortoir. Pour ce qui est des filles, nous sommes toutes restées au chaud et comme des poules on s’est couchée vers 22h. Aux alentours de 3h du matin, les gars reviennent dans le dortoir tous plus saoules les uns que les autres. Mon voisin, n’échappant pas à la règle, décide en plus de ramener une jeune fille et d’avoir des rapports bruyants avec elle dans le lit… Comment vous dire que j’étais au bord de la crise de nerfs toute la nuit.

Le lendemain, je décide de le confronter afin de lui dire ses quatre vérités. Ce à quoi j’ai eu le droit au bon discours macho pour qui, selon lui, j’étais une femme rigide qui avait besoin de se « faire prendre une bonne fois ». À ce moment, j’étais tellement énervée qu’il aura fallu deux personnes pour me contrôler pour ne pas lui en mettre une. Finalement, un allemand présent sur place se sera chargé de me défendre et de le remettre à sa place bien comme il faut. Souvenirs, souvenirs.

11029490_10206083822911870_2038990458338155855_n

Et vous, quel fut votre pire souvenir en auberge de jeunesse?

 

 

8 réflexions sur “Auberges de jeunesse : le meilleur du pire

  1. Quelle horreur toutes ces histoires mais, heureusement, plus de peur que de mal. C’est une excellente idée cet article collaboratif, il est vrai qu’on oublie trop vite que les auberges de jeunesse ça peut être super, mais ça peut aussi être l’horreur 🙂

  2. Je prends enfin le temps de venir poster un commentaire ici ! Merci pour celui ci, j’ai vraiment bien ris en le lisant ! ^^ Franchement, de toutes les expériences la tienne est sûrement la pire, j’ai trouvé et en plus par un français !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *