pexels-photo-346885

Assurance voyage : la zone grise

Comme vous le savez tous, organiser un voyage nous oblige à passer par plusieurs étapes de préparation avant de pouvoir enfin monter dans l’avion et partir s’extasier aux quatre coins du monde. Mais vouloir découvrir le monde à la Indiana Jones c’est cool, encore faut-il s’être un minimum organisé avant de finir dans un temple perdu. Et par organisation, j’entends bien évidemment les vaccins, les vêtements, le backpack, l’équipement, l’assurance voyage, les différentes lectures pré-voyage (ou non, selon les plus téméraires), etc.

Harrison Ford GIF - Find & Share on GIPHY

Pour ma part, ce genre d’organisation reste très standard car habituée à voyager seule et en sac à dos depuis mes 18 ans, j’ai fini par prendre le rythme de cette préparation qui ne m’inquiète plus comme à mes débuts de voyageuse. Néanmoins, j’ai dernièrement été confrontée à une situation stressante qui a bien failli me coûter mon prochain grand voyage en Asie. Et quand je vous dis « stressante », je vous laisse l’image d’une fille qui a fini en boule dans son lit en pleurs à l’idée de devoir tout annuler.

L’histoire d’un visa canadien

Pour ceux qui me connaissent et me suivent, vous savez que je vis maintenant depuis 6 ans au Canada. Je suis arrivée avec un visa d’étude et aujourd’hui c’est avec un visa post-diplôme que je travaille et vis à Montréal. Malheureusement, ce visa de 3 ans expire le 8 octobre 2017 et afin de pouvoir rester vivre au Québec je dois faire les démarches pour obtenir ma résidence permanente. Démarches qui prennent 1 an et demi, et que je n’ai commencées qu’en octobre dernier. Ce qui m’amène donc à la situation suivante qui est qu’en octobre prochain je n’aurais plus de visa pour continuer à travailler au Canada jusqu’à l’obtention de ma résidence que je devrais avoir en février 2018 (si tout va bien…). C’est ainsi que l’idée d’un voyage de 7 mois en Asie a émergé afin de palier à l’attente de mon tout nouveau visa et vivre l’un de mes plus grands rêves de globetrotteuse.

Party GIF - Find & Share on GIPHY

Vous me suivez toujours?

Assurance maladie

Lorsque j’ai pris la décision de venir m’installer au Canada en 2011, j’ai dû me séparer de mes assurances maladies françaises afin de bénéficier de l’assurance maladie du Québec, la RAMQ. RAMQ qui me permet d’être couverte par le système de santé québécois sans aucun problème et tout à fait convenablement. Jusque là, tout est normal me direz-vous. Oui mais voila, ce fameux 8 octobre 2017, comme je n’aurais plus de visa canadien je ne ferai plus partie de ce système santé et donc, je ne pourrais plus être assurée. Je serais dans une situation que j’appelle : « le cul entre deux chaises », car je n’appartiendrai plus au Canada ni à la France. Et même si je suis française, mise à part voter je ne peux pas faire grand-chose.

Parks And Recreation GIF - Find & Share on GIPHY

Nous voici donc au point de la situation dite : « stressante ».

L’assurance voyage ou la recherche du saint Graal

Après avoir pris la décision de partir voyager 7 mois en Asie, il fut venu le temps où j’ai dû magasiner pour la première fois de ma vie une assurance voyage. Depuis 2 ans, je détiens une carte de crédit Desjardins Odyssée spécialement conçue pour les voyageurs, qui me permet de pouvoir être couverte par tout dans le monde pendant 48 jours. N’ayant jamais eu des séjours de plus de 6 semaines, je dois vous avouer que cela me convenait parfaitement.

(Je vous parlerai d’ailleurs dans un autre article de cette merveille des cartes visa de Desjardins.)

L’idée que je m’étais fait de pouvoir magasiner une assurance et d’être un peu exigeante sur les différentes compagnies du Québec s’est finalement révélée un vrai calvaire. Ne détenant plus de visa et n’appartenant plus à la RAMQ, je me suis retrouvée confronter à une avalanche de refus de TOUTES les assurances du Québec pour une couverture médicale voyage. J’ai notamment appris par le régime des assurances du Québec que si je ne faisais plus partie de la RAMQ, je ne pourrais pas être assurée par qui que ce soit. Donc après avoir téléphoné à une quantité astronomique de compagnies, je peux vous dire que je suis tombée de TRÈS haut.

Girls GIF - Find & Share on GIPHY

Sur le moment, on se dit : « ok ce n’est pas grave, je reste tout de même française. Je dois bien avoir une chance quelque part en France pour être assurée! ». Et bien, détrompez-vous! Car c’est à ce moment-là que la quête du Graal a commencé. Je me suis mise à démarcher plusieurs compagnies françaises. Les unes après les autres se sont mises à leur tour à me fermer la porte au nez, car je ne fais plus partie de la sécurité sociale. Deuxième coup dur. BAM!

Arrivée à ce stade-là, je peux vous dire que vos exigences vous les laissez de côté et que vous êtes prêt à prendre n’importe quoi pour bénéficier d’une couverture santé voyage. Ma mère s’est elle même déplacée à la sécurité sociale pour trouver une solution qui, finalement, me demandait de rentrer en France pour 3 mois et d’y travailler. C’est alors que je me suis mise à sombrer dans la déprime totale à l’idée de devoir annuler ce voyage auquel je rêvais tant. Car dites-vous bien que même les assurances pour les expatriés ne voulaient pas de moi étant donné que je vivais déjà depuis 6 ans au Québec.

Et puis un jour, la lumière fut grâce à un post sur un groupe Facebook où j’étais complètement désespérée et/où une personne formidable me donna le nom de l’assurance sainte qui pouvait m’assurer pour mon voyage. C’est donc après 2 mois de galère que j’ai pu rejoindre le côté éclairée de la force avec la compagnie ACS assurance et leur projet Globe Partner.

Ils vécurent heureux et eurent beaucoup de voyages

Comme vous avez pu le voir, ce fut toute une épopée et pour tous ceux à qui ce genre de situation pourrait arriver, sachez que je compatis! Bien entendu, j’ai eu 3 ans de visa pour faire ma résidence et éviter ce genre de situation. Mais j’ai fait le choix d’économiser pour voyager plutôt que d’investir 2000$ cad dans une résidence permanente. Pour certains, ce n’est pas très intelligent mais c’est le choix que j’avais fait à l’époque et que je ne regrette absolument pas car j’ai pu vivre des aventures extraordinaires. Malgré tout, même si je n’ai pas pu magasiner comme je le voulais mon assurance voyage, j’ai eu la chance de tomber sur une compagnie fiable qui pourra me servir comme il se doit durant mon aventure asiatique.

Conclusion : tout est bien qui finit bien!

Parks And Recreation GIF - Find & Share on GIPHY

source des gifs : www.giphy.com
Photo couverture par : Porapak Apichodilok 

2 réflexions sur “Assurance voyage : la zone grise

  1. Je comprends tellement ton stress. Je suis rentrée en France après trois ans et il a fallu que je trouve une assurance qui pourrait m’assurer dans mon propre pays et par la suite en asie ainsi qu’en Australie avec un working holiday visa. Conclusion : impossible de trouver la perle rare, je paye une fortune pour une assurance qui ne couvre que les frais d’urgences et ne me couvre pas si je retourne en Australie avec un WHV… Bref la galère alors je te comprends tellement et je vais de ce pas jeter un coup d’oeil à l’assurance que tu as trouvé en espérant que par la suite elle puisse me convenir à moi aussi !!
    Profite bien de l’Asie = )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *