IMG_8812

Voyager seule, une découverte de soi-même

Avant, je vivais pour les autres, je me souciais uniquement du bonheur de mes amies et je m’occupais de ma famille. Avant, je me sentais seule parmi la foule, parmi la société dans laquelle j’avançais. Avant, j’étais quelqu’un d’autre. Et puis un jour, j’ai décidé de tout plaquer et de partir faire un voyage en solitaire en Écosse. C’était l’été de mes 18 ans. Mes ami(e)s n’ont pas compris mon choix de partir seule, et en sac à dos, sur les routes d’un pays que je ne connaissais pas. Ma famille pensait que j’allais mourir, me faire enlever ou juste disparaitre. Je me souviens d’ailleurs d’un conseil de ma mère me disant : « si tu te fais enlever tu envoies Taken avec le nom de la ville où tu es ». Oui, le film Taken avec Liam Neeson avait traumatisé ma mère et oui, elle pensait réellement que si je me faisais enlever j’aurais le temps de lui envoyer un message… Bref. Personne ne me prenait au sérieux. Pour eux, c’était une idée passagère qui ne se réaliserait jamais et pour tant cette fois-ci j’y suis allée jusqu’au bout.

Allez hop, billets d’avion réservés 1 semaine à l’avance, le guide du routard dans ma poche, mon premier sac à dos de voyage (qui me suit encore et toujours aujourd’hui), une bonne dose de courage, et j’étais prête pour le grand saut. Pour moi qui n’avais jamais changé mon train-train quotidien, c’était un grand pas. J’avais toujours eu cette envie cachée de partir et découvrir les merveilles du monde, mais je ne m’en pensais pas capable.

Sur le chemin de l’aéroport, ma mère pensait encore que j’allais tout annuler et rentrer. Mais ma détermination était sans limites. Pour la première fois, je ressentais une sensation dans le ventre qui me donnait l’impression de me détacher de ce qui m’entourait tous les jours et d’aller au-delà de ce qu’on me dictait d’être. Je goutais pour la première fois à la liberté d’exister. Une fois arrivée en Écosse l’adrénaline n’est pas retombée, bien au contraire, elle a été constante tout le long du voyage. Mon cœur s’emballait au fur et à mesure que je découvrais cette contrée. Les paysages, la culture, les rencontres, les expériences toutes ces choses que je vivais durant mon voyage ne faisaient qu’augmenter cette sensation de liberté en moi. J’apprenais à me débrouiller par moi-même, à m’orienter, à communiquer, à comprendre et apprendre une culture, à m’organiser, à m’amuser, à m’émerveiller, bref à vivre. Je vivais pour moi et non pour les autres.

Ce voyage a littéralement changé ma vie. Il m’a appris à me connaitre, à me prouver à moi-même et aux autres que je suis capable de me réaliser en tant que personne. J’ai pris conscience à quel point j’avais aimé voyager et que je ne pourrais plus m’empêcher de partir, que ce n’était que le début d’une grande passion. Je me souviens de toutes les peurs que j’avais avant de partir, sur mon manque de confiance et surtout sur ce que pouvaient penser les autres. Tout ça n’avait finalement aucune importance. Il fallait juste vaincre ses peurs et aller jusqu’au bout du projet. Voyager nous apprend à devenir quelqu’un d’ouvert, de débrouillard, d’heureux, et plein d’autres qualités propres à chacun. Car l’expérience du voyage agit différemment sur chaque personne. Nous sommes une grosse communauté de voyageurs qui partagent la même passion. Les rencontres sont d’ailleurs ce que je préfère le plus, car elles nous font grandir et avancer.

Depuis l’Écosse, je ne me suis plus arrêtée, l’Europe s’ouvrait à moi comme un livre posé sur ma table de nuit. L’Italie, la France, l’Espagne, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Irlande et d’autres pays en dehors de l’Europe, comme le Japon ont défilé devant mes yeux de globe-trotteuse. D’ailleurs, lorsque fut le moment pour moi de partir de la maison familiale ce n’est pas dans la même région que ma mère que je suis partie m’installer, mais de l’autre côté de l’atlantique, au Canada. Et je peux dire que ce fut la meilleure décision de toute ma vie, car depuis que je vis à Montréal, je peux être qui je veux et vivre comme je le veux. Avec mon départ pour le Québec, ma passion du voyage a pris une autre direction. Je me suis dit, si j’aime autant voyager pourquoi est-ce que je ne partagerais pas mon expérience? C’est alors qu’il y a deux ans j’ai créé ma chaine YouTube et mon site internet via lesquels je partage mes aventures autour du monde. Ce fut une nouvelle expérience incroyable que je continue de vivre et qui m’a fait, et me fait toujours, rencontrer des personnes formidables.

Et voilà, aujourd’hui je suis une petite Française expatriée au Canada qui enchaine les petits jobs pour se payer ses prochaines aventures, qui écrit des articles, réalise des vidéos, mais surtout qui vit sa vie à fond et ça, ça vaut tout l’or du monde. Et pour conclure je citerais une phrase que j’aime beaucoup de Roland Dorgelès : « Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. C’est l’imprévu de la prochaine escale, c’est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *