Processed with VSCOcam with f2 preset

Comment survivre au mal des transports

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu le mal des transports. Et quand je dis mal des transports, je ne parle pas d’un petit mal de tête qui a du mal à passer, non, je parle de celui qui vous fait vivre un enfer durant des heures et des heures. Alors quand ma passion du voyage a commencé ça n’a pas été évident à gérer. Vraiment pas.

Pour vous donner une idée de l’ampleur de la chose, j’ai fait une échelle des transports qui vont du supportable à celui qui vous donne envie de mourir.

  • Pour commencer, le train est celui qui est en bas de l’échelle. Quand je le prends, mon malheur se limite à un mal de crâne et parfois une petite nausée passagère.
  • Ensuite viennent la voiture et le bus. Quand j’étais petite, on pouvait être sûr que si j’étais assise à l’arrière, mon déjeuner refaisait le voyage inverse. Avec une maman qui adorait parcourir la France tous les étés, la voiture n’était pas mon amie.
  • À la seconde place des transports de l’enfer arrive l’avion. J’ai toujours eu l’ouïe fragile et ça je l’ai encore plus compris quand j’ai pris l’avion et surtout, lorsque venait le moment de redescendre sur terre. En général, je passe toute la durée du vol à avoir des nausées (surtout quand on m’amène mon plateau-repas et que les odeurs de nourriture envahissent mes narines) et ensuite je passe les 30 minutes de descente à avoir les oreilles en feu prêtes à exploser à n’importe quel moment. Il m’est déjà arrivé de saigner d’une oreille. Mais avec le temps, ça va mieux, oui, oui…
  • Et en première place du classement, le bateau. Mon ennemi juré. Celui qui n’a pas de pitié pour mon petit estomac. J’ai découvert ce mal des transports lors d’une visite des calanques de Marseille quand j’avais 11 ans (ma mère s’est bien amusée à prendre le moment en photo, histoire que je n’oublie rien. Mon estomac aussi ne l’a pas oublié).  Prendre le bateau me fait mourir à petit feu, je deviens un être sans vie étalé sur le sol. Mon pire souvenir remonte à ma traversée en mer de la Croatie jusqu’en Italie. 4 heures de traversée interminable. Je vous laisse imaginer mon état…

Le problème avec ce mal des transports c’est que je suis une fille de voyage. Depuis mes 18 ans, la passion de la découverte du monde m’anime chaque jour. J’aime partir à l’aventure, rencontrer de nouvelles cultures, parcourir des routes qui vous emmènent au bout du monde. Mais voilà avec un problème comme celui-ci parfois ça complique un peu les choses.

Au fur et à mesure de mes voyages, j’ai développé quelques techniques qui me permettent de moins avoir envie de mourir quand je prends les transports. On m’a souvent dit : « prend des pilules contre le mal de ventre, tu verras ça ira mieux après ». Moi un médicament qui garde tout à l’intérieur et qui me fait durer le mal bien après l’arrivée, non merci! Ensuite, on m’a dit : « essaye des pilules aux herbes, c’est naturel et ça fait du bien ». J’en ai pris et ça n’a jamais fonctionné sur moi. Enfin bref. J’ai essayé toute sorte de médecine et ça n’a jamais été vraiment concluant.

Jusqu’au jour où j’ai découvert le yoga, la musique ainsi que pleins d’autres techniques qui m’aident à surmonter mon mal. En voici quelques-unes.

Le Yoga

Cette activité m’a permis de faire un gros travail sur ma capacité à gérer mon mal. Durant mes voyages, je me concentre pour faire le vide et écouter le flux d’air qui circule dans mon corps. Le Yoga nous permet de contrôler et de réorienter nos pensées négatives en pensées positives. Je ne vous dis pas que je prends des poses de Yoga dans les transports, non. Ce sport ne consiste pas à juste prendre des postures, c’est aussi le travail de l’esprit et du mental. Dès les premiers symptômes, comme la nausée ou le mal de tête, il faut se persuader que ce n’est rien de grave et évacuer ses pensées négatives.

La musique

La musique est un élément important de mon quotidien. Je ne peux pas m’en passer tout simplement parce que je vis au rythme de celle-ci. Quel est le lien entre la musique et mon mal des transports? Avez-vous déjà observé les gens dans la rue qui écoutent leur mp3? Il y a plusieurs catégories, moi je fais partie de celle qui marche et bouge au rythme des chansons. Alors dans les transports quand j’ai besoin de me concentrer sur autre chose que mes nausées, j’écoute quelque chose de funky et là mon corps réagit automatiquement. Je ne me mets pas à danser non plus. Mais mon corps est habitué à répondre au son qu’il entend ainsi que mon humeur. La musique m’aide beaucoup à mettre mon focus sur autre chose.

Fixer un point

Si vous voyagez en voiture ou en bus, essayez de vous assoir à l’avant afin de pouvoir voir la route qui défile devant vous. Les secousses du véhicule sont perçues par votre oreille interne qui la transmet à votre cerveau et votre corps, ce qui vous donne cette sensation d’instabilité. En fixant un point à l’horizon, votre œil perçoit d’où viennent ces secousses et cela lui permet de stabiliser votre perception du mouvement. Cette technique m’aide beaucoup à calmer mes maux de tête.

Au fil du temps, j’ai appris quelques astuces, en plus de celles que je viens de vous énumérer, qui me permettent de diminuer la douleur. Ce sont devenues mes règles d’or de voyage anti « achevez-moi s’il vous plait ».

  • Ne pas lire, regarder son téléphone ou regarder un film
  • Bien manger avant, mais pas gras. Privilégier les fruits comme la banane
  • Prendre une bouteille avec de l’eau citronnée. Cela aide à faire passer les maux de ventre
  • Bien dormir la veille
  • Faire une séance de méditation avant de prendre le transport pour apaiser les peurs
  • Toujours penser au chewing-gum avant de prendre l’avion cela aide à calmer le mal des oreilles 
  • Appliquer une lingette chaude sur les oreilles si la douleur est trop intense (les hôtesses dans les avions sont habituées)

Voici selon mon expérience les différents remèdes au mal des transports. Ces techniques fonctionnent super bien pour moi. Cependant nos corps réagissent différemment et nous avons chacun nos méthodes. J’espère que les miennes vont seront aussi utiles qu’à moi!

Une réflexion sur “Comment survivre au mal des transports

  1. Je suis exactement dans la même situation que toi! Vraiment pas facile.. Merci pour ces trucs:) Une amie pharmacienne m’a donné un super truc pour l’avion! En plus de mâcher de la gomme et d’utiliser des bouchons spécial avion, je prends des décongestionnants 30 minutes avant le début de l’atterrissage, ça marche vraiment bien! Bonne chance dans tes prochains transports:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *